Nicole Paquin, première rockeuse française ?

L’Histoire (avec un grand H) du rock’n’roll finira par rétablir la hiérarchie. En 1955, Piaf, de retour d’un voyage aux Etats-Unis, devient sans le savoir la première chanteuse de rock français en interprétant L’homme à la moto, adaptation française de Black Denim Trousers and Motorcycle Boots.
En 1961 débute la carrière de celle qui est présentée comme l’une des premières rockeuses françaises : Nicole Paquin. A 21 ans, la jeune chanteuse au charme indéniable est propulsée par son label, Polydor, dans un univers jusqu’alors réservé aux hommes. A l’instar de ses homologues masculins, son répertoire se compose d’adaptations françaises de standards américains. La carrière de la belle est éphémère puisqu’elle quitte, au bout d’un an, un milieu musical qu’elle juge profondément misogyne. L’artiste est polyvalente (comédienne, actrice, danseuse, peintre, écrivain…). Elle devient notamment journaliste et collabore à Cinémonde et à Age Tendre.
Nicole Paquin laisse derrière elle un héritage digne d’une rockeuse ! A ses deux modestes succès discographiques (Comme un clou et Mon mari, c’est Frankenstein) s’ajoute un passage à la postérité pour avoir été la première femme nue à apparaitre à la télévision française*. Le 29 janvier 1961 le petit écran diffuse L’Exécution, drame de Maurice Cazeneuve. Durant quelques secondes, les téléspectateurs découvrent les courbes de Nicole Paquin qui apparait nue, de dos. La scène provoque une telle polémique que la Télévision française crée le carré blanc. Ce petit symbole, ancêtre de nos pictogrammes actuels, est destiné à avertir les téléspectateurs qu’un film n’est pas « pour tout public ».

*Un an avant la prestation remarquée de Nicole Paquin, une fiction télévisuelle avait mis en scène un peintre devant un tableau représentant une femme nue. Il ne s’agissait pas d’une peinture mais d’une vraie femme aux seins généreux, qui se tenait immobile. La diffusion n’avait provoqué aucun scandale. Ndlr.

Photo de une © Archives du Golf Drouot
Photo ci-dessous © INA

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.