« Femmes de rock » par Jessica Calvo

Jessica Calvo est originaire de Saragosse, en Espagne. En 2010, la photographe espagnole pose ses valises à Grenoble. Actuellement, elle exerce dans une salle de concert grenobloise « La Belle Electrique » et met son talent au service des particuliers, des professionnels et du monde du spectacle. A son actif, elle a plusieurs expositions où le spectacle et la gent féminine sont très présents.
Interview.

Vous êtes photographe professionnelle au service des particuliers, associations et entreprises. Dans votre book institutionnel, il n’y a ni usine, ni machine-outil.

C’est l’humain qui prime, n’est-ce-pas ?
J’ai travaillé il y a quelques années pour un festival qui s’était déroulé dans une ancienne papeterie désaffectée. Les organisateurs avaient le projet de faire des photos de l’avant, puis de l’après. Ce n’était que des murs, mais plein d’histoire, et mon but était de faire ressortir une émotion et de la vie. J’aime que mes photos soient des moments précis où il se passe quelque chose, le plus spontané possible et c’est effectivement plus évident avec l´humain.
Bien avant « Femmes de rock », votre première exposition photographique était consacrée au Burlesque. D’où vient votre intérêt pour ce sujet ?
En arrivant en France, j’ai découvert les B.B.B. (un duo de filles Burlesques composé de Wanda de Lullabies et Mrs Rose). Je les ai rencontrées après les avoir vues en spectacle. J’étais tombée complètement amoureuse de leur univers, leur visuel et ce qu’elles dégageaient. Je me souviens, je ne parlais pas encore français à ce moment là et je les suivais partout, dans les coulisses, sur scène… Je me retrouvais vraiment dans ce que je cherchais à l’époque, un côté à la fois sombre et fugace, de l’émotion et aussi beaucoup de fantaisie. C’est la magie des rencontres. Encore une fois une concordance de pleins d’éléments, entre mes envies, mon état d’esprit du moment, ces filles et leur talent. Avoir été là ce jour là, a donné quelque chose de spontané et humain.
Sur les concerts, vous photographiez toutes les chanteuses, sans distinction. Les rockeuses sont-elles différentes des autres artistes ?
Non, pour moi, le rock est un état d’esprit plutôt qu’un style défini. Ce qui m’intéresse c’est de représenter l’artiste en tant que femme, car celle-ci est en minorité dans le monde de la musique. Ces photographies montrent que la scène n’est pas qu’une affaire d’hommes. Ces artistes viennent de tous les horizons musicaux, du rock à la chanson, en passant par le hip hop et l’électro, mais ce ne sont pas celles qui portent le plus de cuir ou de tatouages qui sont les plus rock’n’roll !
Qu’il s’agisse de portrait, de mode ou de spectacle, vos sujets ont souvent un regard très expressif. Comment captez-vous cet instant magique ?
Je recherche toujours cet instant magique où il y a de l’émotion ! Je le privilégie à la perfection. C’est peut être plus compliqué en photo de studio, posée, mais c’est ce que je recherche ; le moment où on lâche prise, un moment de sentiment et c’est vrai que c’est à travers le regard que l’expression est la plus forte. C’est en observant beaucoup la personne, en anticipant les moments forts, ou même en improvisant j’arrive parfois à attraper ces instants magiques !
Pour les internautes qui souhaiteraient faire appel à votre talent, sur quelles zones géographiques intervenez-vous ?
Je n’ai pas vraiment de zone géographique et en plus j’aime voyager !
Si le projet me plait, je suis prête à aller n’importe où !
Merci pour cette interview.
(Ci-contre, portrait de Jessica Calvo)

Plus d’infos : www.jessicacalvo.com
www.facebook.com/Jessica-Calvo-Photographe-368868933139581/
Photo de une : Shaka Ponk © Jessica Calvo

Burlesque, Texas, Christine And The Queens  © Jessica Calvo

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.