Les Shaggs : une épopée américaine

Dans les années 1960, aux Etats-Unis, Austin Wiggin, aveuglé par une incroyable prophétie, contraint ses filles à embrasser une carrière musicale. Son obstination donnera naissance au plus mauvais groupe rock du monde.

Les Shaggs font parti de l’histoire du rock n’roll. Ce groupe de rock féminin des années 1960 fait l’objet, depuis peu, d’une réhabilitation de la part des médias qui (re)découvrent cette formation familiale composée des filles d’Austin Wiggin. The Shaggs ont été moquées par Les Rolling Stones puis encensées par Frank Zappa et Kurt Cobain. Voici l’épopée des sœurs Wiggin, une saga comme seuls les Etats-Unis savent en produire !
Jusqu’à sa mort en 1975, le père d’une famille américaine n’a de cesse de faire de ses filles des rock stars adulées de toute l’Amérique. A l’origine de la folle obsession cet homme, Austin Wiggin, il y a la certitude de réaliser une prédiction faite par sa mère, cartomancienne, alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Les cartes ne mentent jamais, paraît-il. Elles prédissent au petit Austin qu'il épousera une femme aux cheveux blonds vénitiens, qu'il aura deux fils qui naîtront après le décès de sa mère, et que ses filles formeront un groupe de musique qui deviendra célèbre.
Les deux premières prédictions s’avèrent exactes. Austin Wiggin met alors tout en œuvre pour réaliser la troisième ! Dot, Betty et Helen (et plus tard Rachel) Wiggin vont devoir malgré elles se consacrer exclusivement à la musique. Leur père les déscolarise et leur achète des instruments. Les cours de chant et de solfège n’y feront rien. Les sœurs Wiggin ne sont pas destinées à devenir le plus grand groupe de rock de tous les temps. Elles chantent faux, jouent faux, leurs accords sont dissonants… Pourtant, avec un nom de scène qui frise le ridicule (shag est une coupe de cheveux qui fait référence au pelage hirsute - shaggy - de certains chiens), elles vont se produire, de 1969 à 1975, tous les samedis soir, dans la salle des fêtes de la petite ville de Fremont (New Hampshire)… sous les quolibets des gamins du coin. L’aventure prend fin en 1975 avec la mort du père. Néanmoins, l’héritage des Shaggs nous laisse pantois. De grands noms du rock ont trouvé du charme dans l’amateurisme des Wiggin, voire des qualités dans leurs maladresses. Ils ont loué le groupe, son travail brut, intuitif et un style d'écriture d'une honnêteté lyrique. Frank Zappa, un brin provocateur, a dit d’elles qu’elles étaient mieux que les Beatles. Leur unique album studio, Philosophy of The World, réalisé en 1969, a été classé cinquième par Kurt Cobain dans sa liste des meilleurs albums de tous les temps.
Photo © Geoffrey Weiss/Light in the Attic

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.